Ces séries qui vous poussent à la lecture…même en anglais

Les séries qui sont des adaptations de romans sont généralement des succès d’audience, dont mes trois coups de coeur du moment. Déjà, le phénomène GoT ( besoin de traduire ? ) en est un exemple. Ensuite dans le même style, avec des chevaliers moyenâgeux, la toute récente série,  The Last Kingdom, qui débute sa première saison sur BBC America, est une adaptation de l’oeuvre de Bernard Cornwell( qui est la référence des auteurs de romans historiques outre-manche) vaut aussi le détour. Ici, il s’agit de vikings envahissant l’Angleterre, avec son lot de violence mais avec moins de personnages, moins de sexe et sans le côté fantastique, que GoT. Attention, tout aussi prenant. Aaarghh… sacré Uthred.

 format Kindle, anglais format papier en anglais avec le format Kindle, il est possible de télécharger un extrait gratuitement. L’appli Kindle est à télécharger gratuitement

L’avantage d’une adaptation est que le spectateur peut aller plus vite que la série, surtout quand on devient addict. L’envie de connaitre la suite de l’histoire démange, et là, on se rue sur les bouquins. J’avoue cela a été mon cas dans les deux séries présentées ci-après.

D’abord, il y a Outlander, non-diffusée en France. C’est l’histoire d’une jeune infirmière de guerre anglaise, Claire, qui au sortir de la seconde guerre mondiale, lors d’un voyage en écosse avec son mari, se retrouve projetée 200 ans en arrière, en 1747. On peut penser aux Visiteurs mais dans l’autre sens et la comparaison s’arrête là.  Dans la campagne écossaise Claire est sauvée, in extremis, des griffes d’un soldat anglais par le beau highlander, Jamie Fraser. La suite, ce sont des aventures mêlées de faits historiques, de rebondissements et de bastons et biensûr d’une bonne dose de romance et quelques scènes super hot rarement vues ailleurs ( rien que pour ça, cela vaut le détour ). La chaîne américaine Starz a rempilé pour une deuxième saison, diffusion en 2016. En attendant, on se délecte du deuxième tomme de la saga, non terminée, de Diana Gabaldon qui ne compte pas moins de 20 millions de lecteurs à travers le monde.

Ensuite, il y a la série Poldark 2015, aussi non-diffusée en France. La saga Poldark  de Winston Graham compte 12 volumes qui pour la plupart ont déjà fait l’objet d’une adaptation sur petit écran par la BBC dans les années 70. La série avait rencontré un succès populaire mais l’auteur, décédé en 2003, n’avait pas aimé l’adaptation qui en avait été faite. C’est en 2015 que la BBC renouvelle l’expérience et selon le fils de l’auteur, son père aurait adoré cette version. Encore une fois, tout comme The Last Kingdom et Outlander, l’auteur mêle des faits historiques aux intrigues du roman. Winston Graham, historien à la base, nous raconte une saga familiale sur deux générations de 1783-1820. On suit le devenir des familles Poldark, à Cornwall ( Les Cornouailles ) en Angleterre vers la fin du 18ème siècle. En plus, d’avoir une histoire bien ficelée, on apprend des choses sur l’histoire, des relations entre la France et l’Angleterre, au moment de l’après révolution française. Capitaine Ross Poldark, jeune soldat, fraîchement revenu des guerres d’Amérique, découvre que son cousin est sur le point d’épouser sa bien-aimée et que son père décédé lui a légué des terres en ruines. Dépité, il relève le défi de faire revivre les mines de fer et de cuivre des falaises de Cornouailles. Les travellings de chevauchées en bord de falaise sont de toute beauté. Les personnages sont complexes, entiers et charismatiques. L’intérêt de lire le livre en parallèle de la série, est justement d’obtenir une compréhension plus subtile des personnages car l’image ne peut pas tout restituer comme dans le livre. Donc, zéro frustration.

Ces deux séries sont particulièrement réussies, je trouve, grâce au très bon casting des acteurs. En lisant les livres, on se représente sans problèmes les personnages par les acteurs de la série. Et même, on arrive à imaginer les  acteurs dans la suite qu’on est en train de lire et qui n’a pas encore été adaptée à l’écran. Cela va sans dire que les acteurs sont tous jeunes, beaux et musclés et les actrices, minces et très belles ( Et oui, sinon, aucun intérêt de regarder ! ).

Comment faire pour visionner ces séries en VO sous-titrées français ? Un ordinateur, une bonne connexion internet, faire une recherche Google : nom-de-la-série + streaming, rien à installer mais simplement fermer  patiemment et précautionneusement chaque fenêtre (5-10 fois) pop-up de pub avant que la video démarre.

 en français DVD en anglais PAS de sous-titre français

 DVD malheureusement qu’en anglais mais justement c’est une chance d’améliorer son anglais sans que cela soit une corvée. Pas de sous-titre français
 en anglais mais très facile à lire

 en format Kindle, moins cher, disponibilité immédiate, dico anglais intégré